Pourquoi la psychologie
devient une science exacte

 

 

N'est-ce pas aberrant de dire que la psychologie grâce au survisme, est devenue une science exacte ?

Et pourtant...
Mais il ne faut pas croire qu'une science exacte vous emprisonne dans des schémas. Bien au contraire, elle permet la liberté en étant plus conscient des choix possibles.

Il n'existe qu'une logique, la logique universelle (sinon, un scientifique en Chine n'arriverait pas aux mêmes conclusions qu'un autre scientifique en Afrique ou au Etats-Unis). Dans nos raisonnements, ce qui diffère n'est pas la logique qui lie les éléments entre eux, mais la prise en compte des éléments en présence ainsi que leur importance respective.

Attention aux évidences :

1 - "psychologie science exacte" ne veut pas dire que l'humain est prisonnier, qu'il n'a pas de choix à faire. Il reste évidemment libre.

2 - La détermination des éléments (des informations) présentes dans le cerveau, est soumise à deux facteurs : la personne dont le cerveau est "à comprendre", et la personne en face (s'il y a lieu), aidant dans la compréhension. Ces deux éléments amènent de la subjectivité à l'analyse, car les deux peuvent mentir, se mentir, commettre des erreurs. Alors face à cette subjectivité comment parler de "psychologie science exacte" ? Tout simplement parce qu'il y a une différence entre "connaissance d'une mécanique absolue", et "pratique de cette connaissance". (Un mécanicien peut avoir étudié un moteur dont la mécanique est connue, tant qu'il n'a pas vu les usures d'une pièce ou la présence d'un corps étranger en mettant "les mains dans le cambouis", le non fonctionnement d'un moteur peut sembler échapper à la compréhension. Ce qui n'empêche pas le moteur d'avoir un fonctionnement "absolu".

3 - le terme "absolu" utilisé dans le survisme, est hors concepts religieux, divins, ou sciences occultes.
Le terme "absolu" qualifie seulement un état de maîtrise, qui n'empêche pas la remise en question (donc ne pas confondre avec "péremptoire"), et cet absolu n'est pas un "état déterminé d'avance, auto proclamé", mais la conclusion qui suit à de très nombreuses remises en question de cette approche pendant des années.

D'autre part, il est évident que cet "absolu" est relatif à l'instant T (lié au niveau de la connaissance humaine actuelle). Tout est relatif, même la relativité. Si vous avez un exemple de comportement ne rentrant pas dans cette approche, vous avez le devoir de le signaler.

4 - faire la différence entre "philosophie" et "psychologie", (sans dénigrement de l'une ou l'autre des parties). La philosophie est un choix personnel de valeurs qui ne regarde que vous. La psychologie est la description des mécanismes permettant de connaître les valeurs d'un individu afin de comprendre ses agissements ou pensées. Il ne faut pas franchir la limite entre "comprendre" et "juger". La psychologie comprend, la philosophie "juge" par des choix à faire.
Schéma ici.

En quoi l'approche du survisme transforme la psychologie en science exacte ?

Rappel : L'humain a un cerveau avec des informations, des éléments, dont l'importance et la présence sont différents pour chacun d'entre nous. Exemple de visualisation :
(la taille des " ovales " des schémas, représente l'importance (souvent en terme de temps de présence dans le cerveau) des valeurs concernées)

Personne 1 :

Personne 2 :

La personne 1 accordant plus d'importance à la notion de famille, que la personne 2.

Mais lorsqu'on est face à une réaction (liée à un traitement de l'information qu'a fait notre cerveau), on retrouve de manière absolue, certains éléments communs dans tous les cerveaux ayant agit de la même manière.

Exemple pour toutes les personnes ayant ri au même moment sur un même gag :

Et si vous "riez" face à ce schéma, peut-être est-ce parce qu'il menace votre savoir actuel sur le rire, ou que vous y voyez une " fin du rire " (comme un enfermement, une compréhension menaçante car permettant d'identifier vos peurs, ou semblable à la fin d'une liberté)* mais comme finalement vous ne " croyez pas " à la véracité de cette analyse, cette menace (que peut représenter cette analyse) n'est finalement pas réelle pour vous => déclenchement du rire ! ;o)
?
(et là, ça ne faut plus rire ! car la menace pour l'ego est trop forte) ;o)))
* tout n'étant qu'impressions, comprendre le rire n'empêche évidemment pas de rire, de rester libre, etc. et heureusement ! :o)
Plus d'infos sur ce sujet.
Il n'existe pas d'exception à ce jour pour cette analyse.

Exemple pour toutes les personnes utilisant les TCA (troubles compulsifs alimentaires) :

une personne sans obsession :

une personne utilisant les TCA :

Présence des éléments suivants :

Il n'existe pas d'exception à ce jour pour cette analyse.
Plus d'infos sur ce sujet.


Ce sont ces mécanismes (différents suivant les maladies ou les comportement analysés, mais toujours architecturés directement autour de la survie), qui restent exacts et font de la psychologie une science exacte.

Extrait du livre à propos de "psychologie science exacte".

Chaque mécanisme est décrit, peut être remis en cause, mais à ce jour (et depuis fort longtemps) aucune exception n'est venue remettre en cause un seul de ces mécanismes.

D'un point de vue "preuve scientifique globale"
il n'existe pas de "loi mathématique" permettant d'invalider ou de confirmer au niveau général la qualité de "science exacte" du survisme.

Nous sommes à l'heure actuelle, obligés de prendre "cas par cas".

Néanmoins il existe des commencements de preuves dans la connaissance de la chimie interne du cerveau (les neurotransmetteurs du "plaisir" et ceux de la "douleur" qui permettent de classer les informations en "survie/pas survie") mais attention, la recherche du "plaisir" n'est pas le fondement de l'architecture du cerveau, car dans certaines situations (comme par exemple le masochisme), la douleur est analysée comme "survie". Donc, la recherche du messager chimique "plaisir" n'est pas le but du cerveau.