Questions/réponses... :

 

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

 

08/01/2010

celia :

Comment une personne peut ne pas être sympa , être assez mauvaise et ,d'un seul coup , effacer le passé et refaire l'histoire quand elle arrive à ses projets ?
Pourquoi dans de tel cas , la personne est incapable d'avouer ses fautes ou du moins de penser réellement qu'elle peut être responsable et penser qu'elle est une personne mauvaise ?

La constance humaine… Est-ce qu’on change d’avis au cours d’une vie ?
Oui, car les éléments autour de nous évoluent, nos points de vue évoluent, on n’est pas soumis à la même pression, etc.
Vous interprétez le changement de comportement de cette personne, comme « un effacement du passé » mais peut-être que ce que vous perceviez du passé n’était pas la réalité ?
Peut-être avez-vous interprété certains faits comme « délibérément mauvais » alors que la personne ne se rendait pas compte de ce qu’elle faisait, ou que sa tête était occupée par d’autres valeurs prioritaires que les vôtres ?
Peut-être que cette personne est incapable de se regarder en face et préfère ne plus penser au passé faute de savoir le gérer ?

Se regarder dans un miroir, autant pour cette personne que pour vous, que pour tout le monde, n’est pas une démarche facile.
Généralement, on s’offusque en prenant l’idée de « se regarder en face » comme une atteinte à notre intégrité.
On se dit : « me regarder en face ? Mais, je ne mens pas moi ! Y’a pas de raison que je me remette en cause ! »

Qu’est-ce qui peut faire que la personne en question change d’avis sur votre relation ?
Avant, elle voyait en vous un danger ou était indifférente, et maintenant, elle voit en vous une part de sa survie. Quels sont ces éléments qui la menaçaient et quels sont les éléments qui maintenant ne représentent plus un danger mais une « survie assurée » ? A vous d’essayer de le déterminer avec votre vécu et son vécu.
N’hésitez pas à communiquer.

Quant à avouer ses fautes ou sa responsabilité… Il y a deux choses qui l’empêchent :
La première, c’est notre ego qui parfois nous empêche de dire haut et fort : « j’ai commis une erreur, j’en suis responsable ».
La deuxième est notre conscience de nos actes. Tant qu’on n’explique pas à une personne qu’elle a franchi une ligne qui nous paraît insupportable, tant qu’elle n’arrive pas à se mettre à la place de la « victime » pour bien prendre conscience de ces actes, il est logique qu’elle ne se sente pas « coupable ». Elle a agit pour « assurer sa survie » avec les éléments qu’elle pensait juste.

Pour bien comprendre les actes d’autrui, il ne faut pas penser AVEC nos propres valeurs, il faut « s’effacer » et chercher quelles sont SES valeurs dominantes. (car chacun établit ses propres priorités, ses propres valeurs dominantes). Libre à vous ensuite de juger « bon » ou « mauvais » sa façon de voir les choses. Mais n’oubliez pas que si vous avez jugé qu’elle était « mauvaise », c’est parce que CERTAINS de ses actes n’assuraient pas votre survie, et que si elle agit comme elle agit, c’est parce que pour elle, agir ainsi « assure sa survie ».
Sans détails, je ne peux pas être plus précis. En espérant tout de même avoir été utile...
Si je n'ai pas répondu correctement à votre question, n'hésitez pas.

10/01/2011

celia :
Merci de votre réponse ... mais c'est dommage car des personnes sincères et objectives par rapport à ce quelles ont vécu ne peuvent plus être crues , comprises et avoir justice à cause de ce phénomène de survie ... ca ne donne pas beaucoup envie de penser que l'être humain est quelqu'un d'intéressant.

>>des personnes sincères et objectives par rapport à ce quelles ont vécu ne peuvent plus être crues>>

Pourquoi arrivez-vous à cette conclusion ?
Dans votre question, vous parliez de comprendre la personne qui change d’avis, vous ne parliez pas de relations avec un groupe de personnes (votre besoin d'être crue).
Vous ne parliez pas non plus de la notion de « justice ».
Outre passer les lois n’est pas du tout légitimée par « la survie ».
Il faut bien distinguer « comprendre » et « pardonner/légitimer/condamner ».

La psychologie ne s’occupe que de comprendre.

Votre problématique a l'air plus complexe que vos premières phrases. Pour trouver des solutions aux problèmes, il faut commencer par bien établir "où sont les problèmes" ?

ca ne donne pas beaucoup envie de penser que l'être humain est quelqu'un d'intéressant.

Mais si mais si ! Il faut juste prendre le temps de rencontrer les bonnes personnes, et d’arriver à se créer une philosophie de vie qui permette de résister aux épreuves de la vie tout en appréciant les nombreux bons moments. Ne vous découragez pas ! :o)
N’hésitez pas à télécharger gratuitement ce livre :
La gestion des paradoxes
Peut-être vous permettra-t-il de démêler les paradoxes qui vous posent soucis ?

Si vous avez d'autres questions plus précises, n'hésitez pas.

11/01/2011

celia :

merci pour vos réponses et votre aide , je vais de ce pas lire le livre .... .

Si vous avez d'autres questions plus précises, n'hésitez pas.

 

anciennes questions