Avenir

 

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

31/01/2014

 

57 :

Bonjour. Vous n'avez pas posé clairement de question liée à la psychologie humaine. Votre approche est à mon avis plus du domaine de la philosophie (ce qui n'est pas un problème en soi, mais un problème par rapport à l'objet de ce site et de ce forum). Quoi qu'il en soit, voici quelques éléments afin de clarifier ou creuser le questionnement.

Je ne trouve pas d'humanité dans le fait de détruire la planète sciemment.

Quelle est votre définition « d'humanité » ? L'humain est-il « idiot », « intelligent », les deux ?

C'est pourtant l'une des directions les plus fascisée.

Qu'entendez-vous par « directions les plus fascisées » ? Direction devant laquelle on n'a pas le choix ? Certes, les éléments en présence (notamment la dictature économique) nous impose certains choix, mais nous avons toujours le choix de construire autre chose.

Entre autres colonialismes, empoisonnements, viçiages etc.
La cohérence du refoulement de l'état-humain se trouve selon moi dans le développement de la conscience hors du corps.

Que voulez-vous dire par là ? Que l'humain se perd lorsqu'il oublie que la conscience n'existe pas sans le corps ? L'inverse ?

Ou alternativement de l’élixir de jouvence.

Vous voulez dire que la peur de la mort fait faire n'importe quoi ?

Voire de l'arrêt de la multiplication, et puis la perpétuelle fuite, par la suite.

Vous parlez de la reproduction humaine, de « l'espoir que nos enfants feront mieux » ou que « ma survie passe par ma descendance » ?

L'impuissance serait-elle en cause.

De quelle impuissance parlez-vous ? De la féminisation des mâles à cause (entre autre) de la production et de l'utilisation de « la pilule », qui en bout de chaîne se retrouve dans les rivières, et perturbe le développement des poissons mâles et qui engendre une disparition de ces poissons faute d'un équilibre « mâles-femelless » ?

Il y a pourtant la conservation glaciaire.

Parlez-vous de cryogénisation ou de congélation du sperm et des ovules ?

Manque d'anticipation ?... + manque de réaction + manque d'intérêt ? Je n'y crois qu'en fin de chaîne.

Le monde part à vau l'eau et vous ne savez plus sur quel bouton appuyer pour empêcher cela ? Pouvez-vous reformuler la problématique et poser une question plus précise ?
Merci d'avance.

 

02/02/2014

5-7 : Si mes réflexions dirigées vers votre conscience ne rentrent pas dans le plan de votre site, voyez donc cela comme un défi à votre théorie du survisme.

Le survisme n'est pas MOI. Ne confondez-pas.

Vous pouvez aussi ne pas les publier. Mais en dehors du thème problématique, c'est toutes vos réactions et réflexions qui m'intéressent. - Comment voyez-vous la destruction systématique par les industries : de la planète et des hommes ?

La direction du court terme n'est parfois pas la même que la direction du long terme, même si les deux peuves s'orienter sur "la survie".

(si vous me parlez de monnaie, remontez les sources d'offres et comparez les alternatives notamment en terme d'énergie et de matières premières) survie =/= profit lorsqu'on a assez de pouvoir d'achat pour financer les alternatives non-destructrices.

où commence l' "assez" ?

La soif de puissance nait d'une maladie mentale, d'une déformation de la réalité, de la frustration de ne pouvoir tout contrôler, de la peur de la puissance de l'inconnu, de l'éducation non intelligente qui fait croire que notre ego est dieu.

Il y a du profit pour tout mais les empires ont leur poules aux oeufs d'or. (empire pétrolier (colonialisme de l'extraction, pollution universellement mortelle ; énergétique (nucléaire, métaux lourds (ampoules fluo..) pétrolier ; pharmaceutique (drogues, fluor, poisons médicamenteux) ; chimique (pcb, phtalates... et toujours de nouveaux dérivés) ; de la guerre (survisme dans la guerre, notamment le colonialisme ?).

Si la survie de certains passe par le vol, qu'il soit de son voisin de pallier dans la boîte aux lettres ou qu'il soit des ressources d'un pays au mépris de ses habitants, de l'environnement, etc.
Qu'est-ce qui vous étonne ?
La survie n'est pas une religion, c'est un ordre universel.
Pour la morale, il faut voir du côté des philosophies.
Certains utilisent comme valeurs dominantes les valeurs religieuses, d'autres non.

Au niveau medias et com : perversion, énervement, fabrication d'individus hautement pervertis et sexualisés. Abrutissement.) En France, ça se résume assez bien sous le nom Cancer.

Explications-réponses :

- Directions fascisées : les directions se contrôlent par l'information qui entre, et ce dès le berceau. Ainsi, détourner le regard n'est possible que pour ceux qui peuvent voir autre chose. Et dans tous les cas, il y a toujours les nouveaux regards et les regards assistés qui suivent les autoroutes pré-tracées. Le choix de construire autre chose, oui. Ca n'empêche que la Terre est déjà contaminée pour le grand commun des mortels maintenus impuissants, et chaque jour + + +

Il y a opposition-distinction entre la jouissance ; et l'impuissance du mouvement-changement à laquelle je fais référence. Ca se résume très bien par les lettres M et Z. Mouvement Zero. Main zizi.

- J'entends par développement de la conscience hors du corps ou d'elixir de jouvence ; les moyens de prolonger la conscience jusqu'à la longévité maximale potentielle.

C'est à dire ? L'éternité ? Pourquoi vous ne dites pas le fond de votre pensée.
Parler avec des métaphores est littérairement parlant intéressant, mais lorsque l'échange a comme but "une juste communication", les métaphores sont nocives.

Cela est dans l'intérêt des puissances économiques engagées de préserver un lieu vivable. Et pourtant... apparemment le lieu ne sera pas vivable pour tout le monde. Ou pas accessible pour tout le monde.

- Pour les hormones : pas que les poissons. Et pas que les hormones, d'ailleurs.

- Pas d'enfants qui tiennent, pour moi. La conscience est un fardeau auto-généré et auto-porté, en réalité auto-sujet, ça défie toutes les lois une connerie pareille. Je veux pas engendrer cela de mon gré.

- Conservation glaciaire : cryogénisation humaine, stand-by .