Les choix sentimentaux

 

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

15/06/2017

Marie : Bonjour,
Ma question porte sur les choix sentimentaux. J'ai un bon amas desdits 'pervers narcissiques' dans mon histoire, et avant d'avoir lu que les personnes avec de tels profils sont consideres comme malades et dangereux, je n'avais jamais eu peur ni d'eux, ni de ma sante mentale. La folie est perturbante, certes, mais je ne savais pas qu'il faut que tout soit rose et beau pour vivre dans le bonheur eternel. J'avais un petit degout du rose et de Celine Dion, des gens cocons, je realise que peut-etre cela a ete degout de mes faiblesses, d'apres 'votre' ... Freud? Je sentais des failles chez lesdits monsieurs et j'ai toujours tout intuitivement accepte de me laisser dominer dans certaines circonstances, enfin... le faire croire afin d'apaiser certaines angoisses encombrantes a mon egard. Je ne me retrouve pas dans le profil de marie france huiguerien avec les trentes criteres. J'ai fait du mal, oui, mais ce n'etait pas pour faire le mal, du type sadique, meme si je comprends la juissance que cela peut faire, mais il faudrait avoir une rancoeur pour le realiser, a mon avis, car s'il manque l'emotion de sousestime, j'aurais reagis a proteger la personne. Si elle me blesse d'une maniere quelconque, j'aurais tendance a risposter, si je vois de l'intention. Et je trouve cela completememt normal. Je trouve normal de reagir patfois de maniere un peu brutale face a la betise qui depassse la personne agressante. Et tout fonctionnait bien avant que je lise que mes ex sont completement malades dangereux et a prohiber et bannir de la societe. Alors j'ai commence a faire l'exercice de la rose. Il faut mediter devant une fleure et regarder dans son coeur. J'ai plante de multiples fleures chez moi, qui me gavent en toute franchise. Mais je me suis rendue compte que j'avais veritablement un probleme, et je crois que c'est lie a la reconnaissance de soi. Les profils narcissiques me comblaient, je reste dans une supposition, car me flattaient, les corrections etaient percues comme base pour ameliorance. Depuis les lectures, l'introspection, le travail avec l'ego.. j'arrive a apprecier les gens en general et m'interresser a eux, je n'ai plus trop de manques a etre privee d'attention. Mais je ne peux toujours pas envisager une relation avec qqn qui ne me stimule pas... je me doutte que c'est liée a une question de survisme liée aux parents-pere absent, alcoolo et vraiement intelligent, mere egocentrique et centree sur elle-meme et le paraitre. Mais je n'arrive pas toutefois a trouver une « étincelle » avec les gens normaux.. que faire? C'est ou la base de mon faux raisonnement ? Si je commence a mediter et frequenter une personne simple, je vais perdre mes talents, ma unicite, ma creativite, mes fantasmes de fou, ce serait triste.. non ? ?

 

 

Bonjour,

si vous n'arrivez pas à trouver « d'étincelle » avec les gens normaux, (traduction, vous n'arrivez pas à tomber amoureuse ?), c'est peut-être parce qu'ils ne vous font pas peur, et que pour vous sentir bien, il vous faut une dose de peur ? (une sorte d'instabilité qui est dans les habitudes vu ce que vous avez décrit sur votre enfance).
C'est peut être par là que passe votre survie.
(et non votre survisme).

Mais quelle est votre définition de « l'amour » ?

Question qui paraît idiote, mais le tout est de définir ce qui fait pour vous l'harmonie.

Pour votre questionnement sur « en fréquentant une personne normale je vais perdre mes talents, mes fantasmes, etc... » :
Se nourrir uniquement de sa famille pour un(e) « artiste », n'est généralement pas dans les habitudes. La famille sert à se sentir bien, dans un cocon, se reposer.

La créativité, comme vous le présentez, nait d'un déséquilibre.
Pour la diversité, elle est hors de ce cercle familial (à moins d'avoir cette diversité et ce déséquilibre dans sa famille, et s'en suffire). Mais lorsqu'on est « équilibré », bien souvent, on ne cherche pas à s'extérioriser pour exister.

Malgré tout, que mettez-vous derrière « créativité » car on peut être créatif sans avoir à être sur une scène devant 10 000 spectateurs. Vos questionnements étant assez généraux, j'espère que les réponses écrites ici ne sont pas trop floues.

Dernière chose : relativisez l'étiquette « pervers narcissiques » car c'est une notion qui n'explique rien. Cette étiquette ne sert qu'à mettre des humains dans un case pour ne pas chercher plus loin.

 

Autre question, n'hésitez pas.