Régime et valeurs prioritaires :

 

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

13/01/2009

Cyrille : Ma fille à 9 ans et depuis plus d'1 mois elle mange des quantités énormes de nourriture à tous les repas et me demande de la resservir, d'ailleurs, elle a pris du poids. Par contre, elle ne grignote pas entre les repas. Je suis séparée de ma femme depuis bientôt 2 ans et je vais partir d'ici quelques mois en stage pour une longue période.
Pensez-vous que ma fille souffre de boulimie ?

Bonjour :
Ce qui suit n'est pas un avis médical. Je ne suis pas médecin ou psychothérapeute.
Si vous voulez leur avis, adressez-vous à l'une de ces professions.

Si vous voulez l'avis d'un logicien, en voici un :

La boulimie est un acte personnel. Dans votre cas, sa prise de nourriture semble dépendante de VOTRE volonté. Elle veut "plus" dans son assiette et vous ne dites pas non. Sa demande est probablement liée à de l'angoisse. La nourriture ayant souvent comme information : "plaisir", en reprenant de la nourriture elle rééquilibre son moral et elle ajoute l'information "mon papa pense à moi, je ne suis pas abandonnée".

Son comportement me semble être une première phase de problèmes possibles mais pour l'instant cela ne semble pas catastrophique. Pourtant il serait peut-être bon de changer la valeur de certaines informations dans sa tête.

SOLUTION :

La nourriture ne doit plus être une source dominante pour "rééquilibrer son moral".
Demandez-lui ce qu'elle aime faire (sport, activité intellectuelle, etc) et si vous en avez la possibilité, facilitez lui l'accès à ses "sources de plaisir". A vous également de la sortir, d'apporter à son cerveau de nouvelles choses qu'elle ne serait probablement pas allée chercher d'elle-même. Cela l'aidera à "s'ouvrir au monde", ainsi qu'à prendre confiance en elle : "je suis capable de faire des choses" sans toujours avoir "le frigo" comme repère.

NE PAS OUBLIER : à cet âge, et malgré notre société qui pousse les enfants à être "des adultes consommateurs", elle reste une enfant, et c'est vous qui êtes le parent, le "guide".
En disant :
"non, je crois que tu as assez mangé", vous ne lui direz pas "je ne t'aime plus !"
Au contraire, vous participerez à "sa bonne santé" parce qu'elle est importante à vos yeux. Il faut que vous le compreniez et surtout qu'elle le comprenne.

"L'enfant roi" qui ne fait que ce qu'il a envie, c'est une catastrophe pour le psychisme. L'adulte doit établir des limites avec l'enfant, l'enfant doit les comprendre, la communication entre les deux doit être efficace.

LA COMMUNICATION, priorité des priorités. N'hésitez pas à lui parler, de lui demander "ses angoisses" (mais en dédramatisant le plus possible, sans pour autant dénigrer ses angoisses), parlez lui aussi des vôtres (sans l'assommer non plus par des angoisses de "travail" ou des problèmes d'adultes dont elle ne trouvera pas la solution pour vous aider : juste aborder les sujets, faire des comparaisons pour qu'elle ne se sente pas "seule").

Bonne continuation à vous. Courage. Et si vous avez besoin d'autres précisions d'un logicien...