Drogue et paranoïa

 

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

17/09/2016 et 27/09/2016

 

E.T : Bonjour je ne sait pas trop par ou commencez .
Bon par le debut ça me semble pas mal Je me suis peut à peut désociabilisez aprés une vilaine rupture qui a entrainer un probleme de confiance envers les autres d abords je ne fait que trés peut confiance an gens désormais et aussi de confiance en moi presque envie de dire naturellement ( surprendre mon ex qui couchait avec un de mes amis )
Aprés 4 années a fumer plusieurs joints par jours ( une dizaine ) J ai decider d entreprendre un voyage pour me remettre sur pied et couper avec ce schema de vie . Lors de ce voyage je me suis retrouver a plus fumer plus de cannabis que je n en avais jamais fumer c est légal c est la californie ... déconnecté de la réalité je me suis mis a trainer avec 2 personnes en particulier tout a fait sympathique en apparence mais l'un deux est menbre de gang et tueur a gage pour ces derniers ... j ai finit par me retrouver au bout de son fusil de chasse a canon scier qu il (il étais sur defoncer des yeux minuscule je ne sait pas ce qu il avais pris probablement de la crystal meth) essayer de charger pendant que notre amis en commun lui enlever les balles des mains ( 2 une, une qui explose et 1 qui perfore la seconde etant d aprés lui pour mettre fin a mes soufrance lorsque je m etoufferai dans mon sang ) Notre ami commun l ayant sortie de la chambre pour allez acheter des feuilles de blunt, qui par la même ma sauver la vie en me donnant la possibilité de m enfuir . je fait la version courte
Aprés mon retour je suis retourner acheter de quoi fumer puis je commencez a retomber dans mes habitues en y etant retourner une seconde fois 2 jours plus tard mais la crise d angoisse j ai l impression que les dealer me prennes pour un indic de part mon comportement bizzare je ne faisait rien de ma vie trainer dans les rues et allez prendre de quoi fumer tous les jours voir tous les 2jours en moyennes, la crise d angoisse ( 1ere fois de ma vie ) je me sent suivis jusque chez moi, je me monte toute une psychose qui n aurait rien a envié a un film sur jason bourn, bien que je demonte ma psychose avec logic et raisonnement, je suis tout de même rester quasiement sans sortir de chez moi pendant 4 semaines, une des rares fois ou je suis sortie j ai refait une crise d angoisse alors que j avais arreter le cannabis depuis deja une dizaine de jours ... je decide d allez vivre a en Angleterre et la pareil toujours ce sentiment d etre suivis, de chez moi a la gare routiere dans un 1er temps, puis de la gare routiere en angleterre a mon hotel et que ces dealer de banlieue on posez un contrat sur ma tête malgrés le fait que j ai definitevement arreter le cannabis depuis excepter une petite rechute il y a 10 jours j ai fumer 2 joints qui m on angoissez
Chaque personne que je croise dans la rue qui pourrai avoir un profil repondant au code du banlieusard m angoisse et je ne peut m efforcer de pensez qu elle est pour me surveiller en attendant le moment propice pour m abbatre ou me faire abbatre par un tueur a gage ... Waow rien que de l'ecrire et d en parler ça me parait trés capillotracter J essaye de brisé mon mode de pensez malsaint, en m efforçant soit de pensez a autre chose soit qui soit positif a relativisez en me disant que c est la 1000000 personnes que je croise qui me fait "psycoter" ... j essaye surtout de changer mon ressentir mais c est une autre paire de manche
Bref
Ma question et la suivant est ce un trouble post traumatique ?
Suis je en train de devenir paranoiaque ?
Sachant qu il m est deja arrivez de changer de metro car un barbu type muslim avec un sac a dos ne m inspirez pas confiance, encore une fois je carburer a au moins 10 joints par jour a ce moment la Est ce que cela va passez avec le temps ?
Avez vous des conseils ?

 

Bonjour,

« est ce un trouble post traumatique ? »

Vous parlez de quel traumatisme ? Celui par le membre d'un gang ?

A ma connaissance, cette drogue peut engendrer la paranoïa. Pourquoi la paranoïa ? Parce que votre cerveau n'arrive plus à gérer les informations qu'il reçoit. Elles arrivent en plus grand nombre ou votre cerveau a perdu des capacités de traitement. Résultat, cela devient « agressif » de recevoir des informations non traitables. Le danger est alors « partout » (mais ce n'est pas la réalité).

Suis je en train de devenir paranoiaque ?

La paranoïa, c'est lorsqu'on dépasse la ligne de
« le danger est possible, mais fortement improbable » et que
tout devient « danger ».
A vous de voir. La vie est un équilibre. Je ne vous apprends rien. :)

Est ce que cela va passez avec le temps ? Avez vous des conseils ?

Si votre cerveau se sent vulnérable, il faut que vous le rendiez « fort ». Cela rejoint votre problème de départ qui vous a fait perdre votre confiance en vous. Mais avant tout, remettre en place les éléments : Si une personne vous a « trahis », ce n'est pas parce que vous étiez « faible » mais parce que probablement, vous n'étiez pas adapté à ses besoins ou ses envies. Donc la raison de cet échec sentimental, n'est pas uniquement lié à « vous » : la vie à deux est une interaction et un minimum d'adaptation mutuelle. Inutile à la fois de voir ce que pensait la personne en question, comme « parole absolue », et inutile également de se croire superman ou le centre du monde (engendrant ensuite l'impression qu'on vous rejette / rejet = affront pour l'ego humain.)

Trouver un point d'équilibre.

Tout est sérieux, tout est dérisoire. En même temps.
Vous pouvez lire « La gestion des paradoxes ». C'est en accès libre. Qui, sait, cela vous permettra de vous reconstruire ?

D'autre part, pour éviter d'avoir un cerveau qui s'étouffe, qui tourne en rond, il faut lui donner à « voir, écouter, réfléchir » sur « le reste du monde ». Plus vous retisserez des liens entre les informations qui vous entourent, mieux vous appréhenderez le monde en se rapprochant de la réalité. Vous n'avez pas l'air totalement "out", donc vous êtes capables de "surprendre intelligemment votre cerveau". Dur de se remettre en question lorsqu'on a l'impression d'avoir les pieds déjà dans un sol mou, mais vous pouvez y arriver. Courage. Identifiez vos valeurs prioritaires, trouvez une activité en rapport, et vous ne vous perdrez probablement plus dans « une fuite sans fin ».

 

Si vous avez des questions précises, n'hésitez pas...

 

27/09/2016

E.T. oui je fait reference au traumatisme du menbre de gang ayant voulu me tuer . Qui me pousse a toujours pensez au pire, lorsque je rencontre ou croise une personne qui en apparence repond au meme code et ou criteres .

Notre cerveau produit des actions ou des pensées avec les données qu'il reçoit. C'est un réflexe de « défense » que d'identifier les caractéristiques d'un danger, et de repérer ensuite tout ce qui ressemble à ce danger passé. Là où on « quitte la réalité » (problème mental) c'est lorsque le cerveau, faute de prendre en compte tous les paramètres, réduit l'identification d'un danger, à seulement quelques paramètres.

Exemple : je me fais agresser par une personne qui a un bonnet rouge, ensuite, chaque fois que je croise une personne avec un bonnet rouge, je panique.

Cet exemple paraît idiot, mais si vous transposez à ce que vous vivez, vous comprenez bien qu'il y a des similitudes.
Pourtant, deux humains qui se ressemblent (votre ancien agresseur et une personne dans la rue), n'ont pas le même vécu et les mêmes choses dans la tête, donc n'agiront pas de la même manière.

Pour vous sortir de cette impression que « le danger est partout », votre cerveau doit aller plus en profondeur dans l'analyse de ce qui l'entoure. Et il doit accepter qu'il n'est pas « dieu », que pour « assurer sa survie » on peut se barricader, on peut s'armer, mais au final, il n'y aura aucune garantie de survie, car même se barricader et d'armer, peut au contraire attirer des gens mal intentionnés. Et le comportement inverse (se faire tout petit) peut aussi faire croire que vous êtes « faible » et donc, « attaquable sans risque ». Donc il faut accepter un certain « lâcher prise ». Pas évident, car cela va en contradiction avec l'impression qu'à eu le cerveau dans le passé, de « s'être fait agressé parce qu'il a justement « pas fait attention », parce qu'il a « lâché prise » ».

Paradoxe donc, votre cerveau a le sentiment d'avoir été « en danger » à cause de « trop de confiance en l'autre » alors que pour se sortir de sa paranoïa (destructrice) éventuelle actuelle, il doit « faire confiance » à d'autres que lui.

Le tout est de trouver un équilibre entre « trop » et « pas assez ».

Espérant avoir dit des choses qui vous seront utiles. Bon courage, et si vous avez d'autres questions...