Emétophobie.

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

20/01/2012

Naruto26 :
Bonjour, depuis maintenant deux ans je fais des crises d'angoise relié à la peur de vomir. Je crois que je souffre d'emetrophobie.
Ces crises ont commencé le 24 mars 2010 pour etre plus precis. La veille j'avais été malade dans l'autobus en me rendant a l'ecole. Depuis ce temps, jai une peur bleue de vomir, voir vomir, entendre vomir et prendre l'autobus le matin. Pendant les fins de semaine et vacance tout va tres bien c'est seulement au cinema ou pendant mes cours que je me met a paniquer, mais egalement lorsque je crois avoir attrapré la gastro ou tout autre virus. Mes crises commencent toujours lorsque je pense meme pas 2 secondes que je pourrais peut-etre etre malade. A ce moment la, je commence a etre stresser, jai des monter de chaleur, une boule a la gorge (javale tres souvent ma salive pour etre sur qu'elle ne bloquera pas comme elle fait lorsque je suis sur le point de regurgiter) puis les maux de ventre, mal de coeur et mal de tete arrive.
Je ne sais vraiment plus quoi jai besoin d'aide.... mes parents ne me comprennent pas et me disent que sa va passer, mais en 2 ans ils n'ont pas remarqué que non s ne changeait pas!!!!!

Bonjour,
Vous avez probablement identifié la date de commencement, c’est très bien.

Pour l’instant, votre cerveau pense que « vomir = danger total », surtout dans les moments, les environnements où vous vous sentez « piégé », où vous ne pourrez pas vous planquer si jamais un problème survient.

Si vous avez vraiment envie de ne plus subir cette angoisse, il va falloir modifier par vous-même plusieurs informations qui dans votre cerveau, génèrent ces angoisses.


Informations qui doivent être claire pour vous :

1 – vomir est un processus normal du corps humain lorsqu’il ingère quelque chose qu’il juge « mauvais ». Lorsqu’il n’ingère pas d’aliments mauvais, il ne vomit pas.

2 – on peut vomir aussi lorsque le voyage est mouvementé. Libre à vous de manger plus léger si vous êtes malade en car. Sinon, ne changez pas vos habitudes.

3 – on peut vomir lorsqu’une autre personne le fait à côté de vous à cause d’une odeur trop forte ou d’un choc émotionnel trop fort.

4 – on peut vomir lorsque certaines maladies utilisent ce vecteur (exemple, la gastroentérite).

 

Question : lorsque c’est arrivé en mars 2010, votre cerveau a-t-il relié l’événement à une cause précise où est-ce arrivé sans que vous ne compreniez pourquoi ?

  • Si c’est arrivé suivant un des cas précédemment cité, vous n’avez pas de raison réelle de vous inquiéter. Les « incidents », ça arrive, mais la vie n’est pas constituée que d’incidents ! :o)

  • Si votre cerveau n’a pas relié l’effet « vomir » à une cause précise, c’est normal qu’il angoisse énormément à l’idée de ne plus « se maîtriser ». A vous maintenant de comprendre les causes et les effets et de bien les relier ensemble.

Autres éléments importants :

le regard des autres si vous avez un problème : votre vie c’est votre vie, celle des autres, c’est celle des autres. S’il vous arrive un problème, ce n’est pas grave, ce n’est pas le regard des autres qui fait votre vie. Si vous êtes angoissés « d’en mettre partout », baladez-vous avec un sac plastique étanche dans la poche. Mais le fait d’avoir à proximité immédiate un sac n’est pas une finalité car vous ne pouvez pas vivre toute votre vie avec un sac plastique à proximité : il faut absolument que vous vous relaxiez.

J’attire votre attention sur le fait que ce n’est probablement pas uniquement lorsque vous pensez à « la peur de vomir » que vous angoissiez. Il est fort probable que vous soyez déjà très angoissé avant, mais que « cette peur » fait juste déborder le vase de l’angoisse.
Dans ce cas, une solution très simple est à votre portée :

Les exercices respiratoires.

Il est probable que votre organisme se bloque lorsque vous oubliez de respirer normalement. Alors si vous êtes angoissé, respirer lentement et profondément avec le ventre (pas uniquement avec les poumons). C’est la technique respiratoire lorsqu’on fait du chant ou du théâtre pour avoir la voix qui porte loin. (c’est dur à décrire par écrit, essayez de vous renseigner comment on respire avec le ventre.) En gros, il faut mettre la main sur son ventre, quand on inspire son ventre doit gonfler le plus possible comme une outre, et lorsqu’on expire le ventre doit se creuser fortement. Faite le lentement et trois fois de suite. Cette technique peut faire « roter de l’air » coincé dans l’estomac, et c’est une bonne chose, vous vous sentirez bien mieux après. :o) Par conséquent, n’oubliez pas de « respirer » quoi qu’il arrive autour de vous.

Dernier élément à savoir :
Parfois l’émétophobie est la lointaine façon pour votre cerveau d’exprimer son ennui.
Je m’explique :
Lorsqu’on s’ennuie et qu’on ne communique pas trop librement avec les autres, on commence à trop se regarder, à trop s’imaginer des choses, et cette « isolation » cultive nos angoisses.
Solution :
occuper son cerveau intelligemment.
Le cerveau est une machine formidable faite pour relier des causes et des effets, si vous ne le nourrissez pas avec des données nouvelles (se cultiver, voir des choses que vous ne connaissez pas, lire, écouter, communiquez avec les autres sur des sujets intéressants et aussi « faire des choses par vous-même ») votre cerveau finit par tourner en rond et à focaliser sur des éléments que normalement, il aurait survolé au lieu d’en faire une montagne obsédante.

Voilà, j’espère que ces explications vous aideront.
Si vous avez des questions,
n'hésitez pas.
Quoi qu’il en soit, vos problèmes ne sont pas sans solution. :o)

 

20/01/2012

Naruto26 : ça commence a etre penible de vivre ainsi et je me demandais s'il y avait une facon quelconque de pouvoir perdre cette maladie mentale??
Parce que maintenant je commence à angoisser pour n'importe quoi et n'importe quand...

Vous cherchez quelle façon de soigner ce problème ?

Si votre cerveau vous dit "danger" alors qu'il n'y a pas réellement de danger, il faut arriver à changer l'information qui mène à votre panique.

Ceci étant dit, vous avez peut-être un autre traumatisme à soigner, plus ancien, et qui a "formaté" votre cerveau (qui a habitué votre cerveau à angoisser).
Y'a-t-il eu un "truc" que vous n'avez pas pu maîtriser dans votre passé, qui vous a porté préjudice et dont vous n'aimez pas parler ?

Je ne peux pas remplacer un psychothérapeute, essayer d'en voir un à l'école (demandez conseil) ou dans un centre spécialisé.

Parallèlement, je vous conseille de chercher à vous constuire par vous-même, en faisant des choses, en apprenant des choses (dans le domaine culturel, sportif, et autres).
Il faut nourir votre cerveau sinon il continuera à tourner en rond avec ses angoisses.