Fou-rires et confiance en soi

 

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

30/01/2014

 

sarahbanana : Bonsoir, je me permet de vous adresser le message suivant car je suis depuis déjà plusieurs années victime de rires nerveux, j'ai pus lire ici quelques questions/réponses intéressantes qui m'ont déjà beaucoup apporté sur le sujet mais j'ai tout de même besoin de me livrer et surtout d'avoir des réponses plus axées sur mon cas pour peut-être pouvoir comprendre ce qui se passe lors de ces accès de folie passagers. Voilà depuis toute petite j'ai des fous rires souvent, ils se manifestaient beaucoup lors des longs silences en présences d'autres personnes. Aujourd'hui ils se produisent dans toutes sortes de situations différentes; quand je suis à proximité de quelqu'un qui dors, quand j'entend un bruit étrange, quand je regarde un film avec quelqu'un... enfin bref, dans toute les situations ou rire n'est pas du tout approprié (ou tout du moins totalement injustifié pour quelqu'un qui n'a pas ce soucis).

Rire est une réaction nerveuse et le qualificatif « d'approprié » est... compréhensible car il fait référence à la notion sociale (le poids du regard des autres, de notre place dans la société, de la morale, etc), mais une réaction nerveuse est toujours « logique », même si parfois on n'aimerait contrôler cette réaction incontrôlée.

Je reprends vos exemples et donne une possible réponse :

quelqu'un qui dort me fait rire => il fait du bruit en dormant ? « Faire du bruit » est peut-être pour vous une information classée comme « n'assure pas ma survie » (peut-être à cause d'une éducation qui vous a dit : « pour être bien élevé, il ne faut pas se faire remarquer » ?)

Ce bruit est donc « dangereux », mais pas d'un danger qui vous implique et vous menace directement. => Rires.

je regarde un film avec quelqu'un... => lorsqu'on regarde un film, faut-il obligatoirement ne pas faire de bruit ? Si une situation du film vous fait rire, il est normal de réagir et de rire, mais peut-être qu'après ce rire votre cerveau se dit :
« oula, j'ai fait du bruit alors que je devrais rester discrète ! Catastrophe ! Mais bon, ce n'est pas trop grave, et le rire fait du bien (grâce aux déclenchements chimiques qu'il génère).
Il y a donc « danger » (faire du bruit) mais « ce danger n'est pas réel pour moi » (ce n'est pas la mort) ».

?

Le pire, et c'est je pense normal, c'est quand je suis avec un garçon qui me plais, ayant eu une très longue relation avec un garçon (avec lequel j'ai eu ce genre de petits soucis mais moins fortement) qui s'est très mal déroulée et surtout très mal finie, j'ai beaucoup de mal à re-faire confiance et SURTOUT à me faire confiance.

Le manque de confiance en soi apporte une « instabilité » qui transforme en « danger relatif » (peur de ne pas faire ce qu'il faut) certains éléments qui n'ont pas forcément de caractère comique. Ainsi, rencontrer quelqu'un qui a une importance à nos yeux met une sorte de pression. On se dit : « pourvu que je ne fasse pas de gaffe, pourvu que je ne lui déplaise pas, etc. »
Et cette peur nourrit le rire qui a besoin d'un équilibre entre « peur » et « finalement pas de danger » comme expliqué ici (en texte) ou ici (en vidéo).

Le fait est que j'ai récemment rencontré quelqu'un seulement voilà, si ce problème de rire nerveux ne m'handicape plus que très rarement (car j'arrive à le gérer plus ou moins efficacement) dans la vie de tous les jours, depuis que je le connais, dès qu'il me parle j'ai envie de rire, c'est fou, je me sens idiote et surtout très mal à l'aise... Je pense avoir compris que mon soucis impliquait une sorte de réaction face à une menace, et j'ai l'impression que dans mon cas elle est surtout présente quand je suis dans un contact particulier, une certaine proximité avec quelqu'un qui m'impressionne et cela est très fort lorsqu'il s'agit d'un "possible petit ami".

Probablement parce que vous placez beaucoup d'importance sur son regard, et que cette « importance » se transforme en pression, en danger de mal faire.

Je voulais donc avoir si possibles votre avis sur mon cas, car il m'est très difficile d'en parler car j'ai depuis ma séparation énormément de mal à cerner ce qui ne va pas dans ma vie

Ce n'est pas parce qu'on subit une « rupture » que nous sommes forcément « mal » ou fautif.
A noter : les personnes qui manquent de confiance en elle, développent beaucoup plus le sentiment de culpabilité, que les personnes ayant une confiance énorme en leurs capacités.

et donc à en parler à mes proches et quand je réussis à le faire aucun d'eux ne comprend en quoi le fait de rire peut à la longue devenir quelque chose d'angoissant. Merci d'avance à bientôt je l'espère.

Vous assimilez probablement vos fou-rires à : « passer pour une conne ». Il est donc normal que cela vous angoisse car vous ne l'êtes pas : vous cherchez à comprendre. Dommage que vous ne prenez pas (pour l'instant) vos fou-rires pour « un bon moment à vivre ».

Si vous voulez éviter d'avoir des fou-rires, il ne faut plus qu'il y ait équilibre entre « danger » et « finalement pas de danger ». Autrement dit, vous pouvez éviter de rire en ayant au préalable modifié certaines informations en vous.

Si vous ne voulez pas avoir de fou-rires avec votre ami, augmentez ou diminuez la valeur « danger ». Vous pouvez vous répéter avant de le voir :

  • J'ai le droit de rire quand je veux. (diminution du « danger d'exister en faisant du bruit»)

  • Être avec lui est une chose capitale pour moi, je ne veux pas le perdre, donc si je ris, ce sera comme tuer mon avenir ! (ce n'est qu'une image évidemment ;) (augmentation du danger)

  • J'ai confiance en moi, je suis sereine, je peux être confrontée à des informations « surprenantes » sans que cette surprise devienne un danger : ces informations surprenantes sont au contraire un bienfait qui nourrit ma connaissance du monde. (diminution du danger « si je ne sais pas, si je ne comprends pas, si je suis différente, je passe pour une idiote ».)

  • Je n'ai rien à faire du regard de l'autre : je sais quelles sont mes valeurs dominantes, celles qui font de moi « moi » et non une autre personne. (diminution du danger de « ne pas faire ce qu'on attend de moi ou de ce que je crois qu'on attend de moi »).

Etc.

Si vous avez une question sur un point mal expliqué de ma part, ou une réaction à des éléments présents sur cette page, n'hésitez pas.