Guérir de l'anorexie,
est-ce possible ?

 

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

19/08/2008

Peggy : EST-ce-qu'au bout de presque 6 ans d'anorexie, enfin révélée depuis 10 jours, quelqu'un peut aller mieux et espérer guérir de cette terrible maladie si destructrice? (le premier rdv chez la psychothérapeute est prévu pour le 26/08/08, ma fille m'a promis de s'y rendre avec moi). Merci pour votre réponse.

Bonjour,
Il m'est impossible de répondre précisément car je ne suis pas devin, ne connais pas le cas de votre fille, ni les capacités de la psychothérapeute.

Quoi qu'il en soit, si vous avez lu les pages ici, vous avez pu lire que guérir pleinement de cette maladie est lent et difficile. Le pire est le manque de communication, alors si votre fille prend la direction de soins avec une psychothérapeute, c'est qu'elle est sur le bon chemin. :o)

Ne connaissant pas la formation de cette psychothérapeute, je ne peux absolument pas juger de ses aptitudes. A vous de voir si elle connaît les fondements de cette maladie (manque d'une réelle communication, trauma, culpabilité généralisée, besoin de se punir, …) et si elle sait remettre les choses à leurs places.

L'anorexie est une maladie très complexe où l'individu est à la fois en manque de confiance en soi (personnalité qui a du mal à exister par elle-même, toujours besoin de se raccrocher au regard des autres) et à la fois l'individu est sûr et certain qu'il ne se trompe pas sur certaines informations (informations qui confirment qu'il est nul, se fait des idées fausses sur des jugements de valeurs, etc).

Faire le tri dans ces informations éloignées de la réalité (la maladie mentage n'est finalement qu'un éloignement de la réalité de certaines informations présentes dans le cerveau) est long et exige une remise en question réelle pour le patient. Vous avez en tant que mère, la possibilité de l'aider dans cette démarche en lui apportant votre expérience, ceci afin qu'elle trouve sa voie. Il ne faut pas hésiter à parler de tout, et surtout du fond des choses : de " pourquoi je suis sur terre ? ", " qu'est-ce que l'amour ? ", (je sais, ces questions sont un peu " déstabilisantes ") et de tout un tas d'autres questions philosophiques pour l'aider à savoir ce qui est à placer en haut de la liste des choses à faire (comprendre que s'occuper de son poids n'est absolument pas à mettre en haut de la liste / (évidemment ceci après avoir quitté la zone dangereuse d'un poids trop faible))

Je vous dis bon courage pour les crises de larmes futures, mais ne vous découragez pas, n'oubliez pas que de très beaux moments vous attendent également, des moments de partages et d'harmonie. Plus il y aura de communication, plus les crises s'éloigneront et plus proche sera le moment de guérison complète.

Guérir de cette " restriction " de manger est tout à fait à la portée de chaque patient. Se construire, apprendre la lenteur, la patience, est également à la portée de chacun. Mais demande parfois plus de temps, d'énergie, pour casser les réflexes décrits ici. Mais courage, courage, courage ! Le cerveau humain sait s'autodétruire mais il sait également soulever des montagnes et faire des choses merveilleuses ! Courage.

N'hésitez pas à redonner des infos sur ce site (si vous avez le temps) sur l'approche de la psychothérapeute (sans donner d'infos personnelles identifiant les individus), cela pourra aider d'autres personnes dans votre cas.

.