Les limites du mental
du guerrier

 

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

12/06/2014

 

Arminius : Bonjour,
depuis tout petit j'ai ce qu'on peut appeler un " idéal guerrier " et j'ai tendance à tout juger à travers ce " filtre ", et cet idéal guerrier se compose d'attitudes et de qualités idéales, à savoir :

- l'impassibilité
- la combattivité
- la force

et tout ce qui manifeste ou possède des attitudes ou qualités opposées ou contraires à mon idéal fait l'objet de mépris de ma part, ex :

- l'émotivité
- la négociation
- la faiblesse

je méprise tout ce qui possède ces qualités, ex :

- les femmes
- les homosexuels
- les gens très portés sur le dialogue pour résoudre un conflit - etc.....

Or comme il y a beaucoup de gens possédant ces qualités opposées à mon idéal et que je fréquente la société, il n'y a quasiment pas une seule journée où je ne souffre pas, car mépriser une personne c'est en faire un objet de dégout, et le dégout est une émotion qui me fait souffrir.

Donc ma question est la suivante, comment me défaire de cette croyance selon laquelle, seul un guerrier ( avec les qualités que je lui adjoins ) est digne d'admiration ?

 

Bonjour.
Voilà un questionnement inhabituel !
Merci en tous cas d'avoir laissé un tel message.

Le guerrier dont vous détaillez les qualités, semble finalement plus ressembler à un robot indestructible qu'à un guerrier.

Car un guerrier n'est pas toujours « plus fort physiquement ». La ruse, l'apparente faiblesse, l'évitement du combat, sont aussi des qualités qui font que la survie est possible.

seul un guerrier ( avec les qualités que je lui adjoins ) est digne d'admiration

Vous êtes-vous posé la question du « pourquoi j'arrive à une telle conclusion » ?
Quelles situations contenant de l'émotivité, de la négociation, sont menaçantes pour vous ?
Quelle est votre définition de « la faiblesse » ?

D'habitude, les rapports de force, l'intransigeance, la froideur, sont des moyens d'expression utilisé par « facilité » (l'humain utilise souvent le chemin le plus direct pour arriver à ses fins), par « flemme » (le dialogue demandent à certaines personnes beaucoup de ressources (forces de concentration)), et l'expression des sentiments autres que liées à « la force », nuisent à certains ego. (ceci, sans jugement de valeur de ma part).

Comment vous situez-vous par rapport à ces causes potentielles de comportement ?

comment me défaire de cette croyance

Faut-il que vous vous défassiez de toutes vos valeurs ou faut-il seulement que vous complétiez ces valeurs pour atteindre une meilleure harmonie ?

Exemple : un super héros tel que vous le décrivez, s'il n'est pas au bon moment au bon endroit pour appuyer sur un bouton, est-il « l'absolu » ?
Parfois, une personne aux qualités (valeurs) différentes, peuvent nous sauver la vie.
Peut-être que le guerrier doit apprendre l'humilité ? (ceci, toujours sans jugement de valeur).
Et enfin, « c'est quoi le sens de la vie ? »
Oui, question conne, mais fondamentale.
Et plus précisément :
« quel doit être le sens de votre vie ? » ça, vous seul devez l'établir.

Mais une chose est sûr : si vous souffrez, c'est qu'il y a un manque d'harmonie.
Et ce manque d'harmonie ne veut pas dire : « les choses doivent être comme je le pense pour aller mieux ». L'harmonie forte réside dans la compréhension. (pas forcément l'acceptation).
Comprendre l'autre, comprendre ses faiblesses, se comprendre soit, comprendre ses propres faiblesses, relativiser une dite faiblesse, permet d'éviter bien des douleurs inutiles.

En résumé :

comment me défaire de cette croyance selon laquelle, seul un guerrier ( avec les qualités que je lui adjoins ) est digne d'admiration ?

Pourquoi ce guerrier est si digne d'admiration ? (comprendre la faiblesse)
Pourquoi je souffre si je suis si fort que ça ? (où est la force ?)

Je ne sais pas si ces quelques mots vous donneront de bonnes pistes de réponse.
Si vous avez des questions plus précises, n'hésitez pas.