Les comportements liés
à la jalousie :

 

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

10/09/2007

tr___ia :
…/…. sinon je voudrais vous parler d une autre chose qui me trotte dans la tête depuis quelque temps et j ai bcp reflechit ! La fashination d'un personne(je l adore , elle possède ce que j aimerai être) et la jalousie (aimer et envier l'autre et l en vouloir car elle possède ce que je veux ) En fait , si j ai bien comrpris , l un comme l autre , la survie c est dans le fait de tout faire pour arriver à ses fins pour survivre! Je parle de beauté pour mon cas ! je suis jalouse et cette jalousie m enerve assez ! Bien qu elle contribue à ma survie mais elle me fait souffrire quand même car y a des sentiments negatif qui peuvent venir par la suite avec de la jalousie... genre , un homme regarde plu ma meilleur amie, ça va m agacer !!!

C'est une réaction normale, l'important c'est de ne pas "passer à l'acte" et par exemple, faire du mal physiquement (et dans une moindre mesure, du mal moralement) à votre amie.

Je voudrais changer et pour cela , transformer ma jalousie en fascination... ce qui resulterait pour moi , moins de soufrance et donc plus du tout de sentiment qui ne contribue aucunement à ma survie! ( haine , colere ect ...) La fascination fait de grande chose , et donne de grande motivation , comme des jeunes qui font de tous pour ressembler à leur stars... Alors là difference vient d'ou ? ça veut dire je déteste ma meilleur amie ?que j ai pas un vrai amour pour elle ?pourtant Je l adore c est une soeur ideal pour moi et pourtant... je suis jalouse de sa beauté... Mais pourkoi je ne suis pas fasciné(amour devoué) mais jalouse ?

Bonjour,
Votre question fait appel à différents éléments complexes et il faut d'abord les prendre un par un pour arriver à y voir clair :

1 : l'amour est un sentiment d'harmonie qui doit être mutuel, pour être entier. Ce sentiment est une "impression de survie assurée au maximum". On peut adorer, aimer passionnément des fleurs, etc, mais cet amour n'étant pas vraiment réciproque (même si des plantes qui poussent bien par vos soins peuvent vous donner l'impression de "bien vous le rendre") il faut arriver à voir que ce n'est pas le même type d'amour. Il n'est pas total tant que l'harmonie (basée sur la compréhension mutuelle, une communication libre, l'échange d'expériences, l'entraide, etc) n'est pas une réalité.

2 : la fascination est une subjugation qui implique une disparition plus ou moins totale de l'individu au profit d'un élément qualifié de "parfait". Là encore, tout n'est que question d'équilibre : Etre fasciné par un élément (un chanteur, une actrice, un objet, etc) pendant un instant, ce n'est pas un problème. Lorsque ça devient une obsession, là il commence à y avoir un problème. On note que souvent les personnes qui sont vraiment "fan de stars" (comme dans votre exemple), vivent à travers leur star car leur vie leur paraît plus ou moins insupportable, et que se prosterner devant une idole leur sert de drogue. Cela arrive généralement à des personnes ayant du mal à se trouver elle-même, qui ne sont pas arrivées (pour des raisons très très diverses) à se construire une personnalité. Mais encore une fois, il faut relativiser : quand on est enfant (ou ado), on se cherche des models, alors on idéalise, on est FAN, et ça peut faire partie du processus normal de construction des valeurs de l'individu.

3 : la jalousie, c'est lié à un sentiment d'injustice. Si quelque chose vous paraît assurer votre survie (votre exemple : le regard d'un homme) mais que ce regard se porte sur autre chose que vous, et bien il est normal d'éprouver une sorte de "mal être" (la jalousie) puisque vous êtes privé de cette élément qui vous paraît essentiel. Dans les cas les plus graves de jalousie extrême, (exemple : un homme qui espionne sa femme en permanence 24h/24 et l'empêche de vivre), l'individu a l'impression que sa survie est totalement menacée si l'objet symbolisant sa survie (exemple : sa femme) vient à lui échapper. Et pour contrer cette "peur panique", il espionne, traque, questionne, étouffe, etc.

Note : la jalousie n'est pas une preuve d'amour (d'harmonie mutuelle, comme expliqué précédemment), c'est uniquement une impression de menace lorsque l'objet de votre désir semble vous échapper. (dans votre exemple, l'objet de votre désir est le regard de l'homme, pas la relation avec votre amie, même si on peut ensuite se sentir mal lorsque des amis s'éloignent parce qu'ils sont en couple).

Maintenant que ces précisions sont faites, je pense que vous comprendrez que votre amie reste votre amie, que vous l'appréciez probablement très fort, que vous échanger plein de choses et que c'est une réelle amitié forte.

Que sa beauté vous fasse de l'ombre, ça arrive à tout le monde et même un groupe de filles toutes plus belles les unes que les autres, arrivera à se chamailler et à ne plus savoir "qui est la plus belle ?".
La beauté c'est une chose, mais une chose relative (le temps, les modes, etc).
Le charme, lui, c'est encore autre chose. Et c'est ce qui fait que même les personnes qui ne sont pas des "mannequins" arrivent à vivre en couple, à trouver leur bonheur.

Et si vous n'êtes pas "totalement fascinée", réjouissez-vous ! Vous êtes plus équilibrée et mature que vous ne le croyez ! ;o)

(suite de vos questions)

 

15/07/2008

sevryn : Je suis très amoureuse et pourtant je suis méchante avec elle, je suis possessive...ms bon... : j adore ma copine, je l aime vraiment a la folie, l idee qu elle me quitte me tue, et dès que dans une soirée je bois, j ai envie de la tuer pour ne plus avoir peur, je l insulte... cela nous fais souffrir toutes les deux, et elle m aime vraiment aussi.... pourquoi je suis comme ca avec elle ?

Que faut-il comprendre lorsque l'on est possessif ?

Rappel : depuis notre conception dans le ventre de notre mère, nous accumulons des informations dans notre cerveau, et on place sur chaque information nouvelle, une sorte de "note" (exemple, de 0/20 à 20/20) dont le but est de savoir si cette information nouvelle assure notre survie ou non.

Parfois, au fil du temps, on focalise notre esprit sur "un seul élément".
Pourquoi ?

Parce que le monde est rempli de choses différentes et qu'il est parfois plus "simple" pour notre cerveau de s'occuper d'une seule chose plutôt que de dépenser beaucoup d'énergie dans plein de domaines différents, surtout si ces domaines différents nous paraissent immaîtrisables, potentiellement dangereux (bref : qui n'assurent pas notre survie).

Pourquoi avoir choisi tel ou tel "objet de focalisation" ?

Deux paramètres entrent en jeu :

- notre vécu. (exemple, la perte d'un être cher dans notre passé, peut nous amené à ne plus "aimer" par peur de souffrir (fuir le danger / si on arrive à se passer de l'amour d'autres personnes), ou au contraire à essayer de maîtriser à 100% ce qui se passe pour éviter de souffrir de nouveau (si on n'arrive pas à se passer de l'amour d'un autre être).

- le hasard des rencontres. Certains se passionnent à l'excès pour des chanteurs ou chanteuses qu'ils viennent d'entendre à la radio. D'autres se focalisent sur "un type d'animal" parce qu'un voisin a le même, etc…

Lorsque les limites du respect de l'autre et/ou de soi sont dépassées,
comment se soigner ?

Une fois que les paramètres ci dessus sont compris (le mécanisme de "survie", de note que l'on donne aux informations, etc), il faut essayer de découvrir pourquoi dans votre vécu, il y a un tel besoin de " maîtrise " du sujet aimé. (Quels éléments dans votre passé, quels manques ont été présents, etc).
Exemple : lorsqu'on perd un être cher, on a l'impression que c'est une partie de soi que l'on a perdu, or cette impression n'est que l'expression de notre peur de se retrouver seul, vulnérable. Mais…. Sommes nous si vulnérable que cela sans cet être cher ? N'y a-t-il pas d'autres êtres humains avec qui partager plein de choses merveilleuses ? Si bien sûr, mais il faut prendre le temps et oser rencontrer des gens nouveaux, oser recentrer notre monde non pas sur notre souffrance (notre nombril) mais sur un centre plus "grand", plus résistant : exemple, sa famille, ou ses amis, ou une occupation physique ou intellectuelle (association sportive ou dont le centre d'intérêt est compatible avec vos valeurs).

Ensuite, déterminer si "la valeur de survie" (la note de 20 sur 20) que l'on a donné à "la personne" est une note réaliste. Que l'on soit possessif envers un objet ou un être vivant, la valeur exorbitante que l'on accorde au sujet de son intense désir, n'est qu'une valeur que l'on veut bien lui accorder (plusieurs humains donnent des valeurs différentes à une même information : c'est la preuve que l'on reste libre de donner telle ou telle note).

Si vous acceptez d'accorder la même note à d'autres informations, vous n'aurez plus ce sentiment de "si ça disparaît, je disparais". En répartissant ses passions, on peut répartir " les risques ".

Toutes ces démarches : bien comprendre pour quelles raisons vous accordez autant d'importance à cette personne, puis ensuite d'arriver à relativiser, d'apprendre à ne plus avoir peur du reste du monde, sont des démarches qui prennent du temps (car déshabituer un cerveau qui a pris ses habitudes, c'est très dur ! (le cerveau humain est un peu "tête de mule" parfois ! ;o)

Courage et si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas à donner des détails (détails anonymes).