Ongles dans la chair

 

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

27/02/2013

 

sassi : Comment ne plus rentrer mes ongles dans la chair de mes doigts ?

Bonjour,

Si votre cerveau commande une chose pareille à vos mains, c’est parce qu’il a un conflit interne qu’il règle dans la violence, dans la souffrance.

Explications :
Votre cerveau se sent probablement coupable de quelque chose. Une frustration vous empêche d’être ou d’avoir été vous-même ou ce que vous imaginez être.

Concrètement, une personne utilise l’automutilation pour se punir, soit de ne pas avoir pu intervenir dans un événement, soit parce qu’elle se sent la source d’un problème avec d’autres personnes, etc.

Le cerveau des personnes s’automutilant aime « la justice », et quand une personne est coupable, il faut qu’elle soit punie. D’où le paradoxe d’avoir le besoin de se faire du mal pour « se sentir plus en harmonie ». La souffrance est vécu comme un soulagement.

Pour ne plus avoir à utiliser l’automutilation comme moyen d’expression, il va falloir modifier cette conclusion qu’a fait votre cerveau (il a fait une telle conclusion, faute d’avoir eu accès aux bonnes informations).
La conclusion à changer est « je suis coupable », et doit être transformée en « je ne suis finalement pas coupable ».

Votre "survie" actuelle est dans l'administration d'une punition,
votre "survie" future est dans le rétablissement de la réalité grâce à la communication dédramatisée.

Je ne connais pas votre cas précis, je ne fais que vous donner l’architecture générale. Peut-être que votre ego (mais ce n’est pas une « critique ») vous a fait croire que vous êtes « le centre du monde » et que si des parents divorcent, si vous n’êtes pas aimé, si vous ne réussissez pas à répondre à certaines exigences, c’est de votre unique « faute ». Dans la réalité, vous n’êtes pas coupable.
Pourquoi cette affirmation ? Parce que les vrais coupables en prison ne s’automutilent pas en se sentant coupable.

Osez communiquer avec des personnes de confiance sur le « problème » qui vous fait vous sentir coupable. (oser communiquer est souvent « une montagne » pour les personnes qui s’enferment sur elles-mêmes (mélange de honte, de peurs, etc)
Mais allez-y pas à pas, avec des personnes qui savent écouter et donner leur avis / et si ces personnes sont maladroites, pardonnez leur, dédramatisez, l’important est d’avoir plusieurs angles de vue différents sur votre problème).

Courage, vous n’êtes pas une personne « folle », votre cerveau s’est trompé sur la raison d’un événement que vous avez mal vécu, c’est tout. Et se tromper n’est pas une catastrophe, ça arrive à tout le monde. Les autres personnes ne focalisent généralement pas dessus. (mais vous n’êtes pas la seule à vivre ce que vous vivez).
Courage, vous pouvez retrouver un équilibre en réalisant avec le point de vue d’autres personnes, que vous n’étiez pas coupable et donc, qu’il n’est plus nécessaire de vous faire souffrir sous une forme ou une autre.

Une question plus précise ou un complément d'information ? N’hésitez pas.

.