Partir sans casse ?
Rester en souffrance ?

 

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

15/03/2014

aicha : SVP qu'est ce que tu me conseilles ,est ce que je peux m'engager dans le mariage avec mon copain paranoïaque, j'ai peur qu'il me rende la vie enfer. si non comment le quitter sans rendre son ètat plus grave parcqu'il tient beaucoup à moi mais il me fait souffrir,j'ai peur de le quitter brusquement je crains ses réactions il est passif agressif

21/03/2014

daris85 : ma petite amie à couper le contacte sons aucune raison, sons explication, elle ma laisser un grand point d'interrogation, nous étions sur le point de se marier, elle ne veux pas me parler ni me dire qu'est ce qui ne va pas, j'arrive pas a la comprendre, bizarre ?????,
j'attends la réponse, merci.

Bonjour,

Désolé pour le retard de réponse.
Je tiens à préciser que je ne suis pas « conseil en vie de couple ».

Tout ce que je peux écrire est : lorsqu'une personne ne parle pas, c'est... qu'elle ne trouve pas les mots ! C'est aussi simple que cela.
Sa survie lui semble menacée si elle prononce un mot, elle marche sur des oeufs, ayant peur des conséquences de ses paroles.
Il est très difficile de gérer des relations avec une personne paranoïaque.
Toute information pouvant être déformée à l'infini.

Il vaut alors mieux se soucier de « pourquoi son moyen de défense face au monde, passe par « voir des dangers pour sa personne, de partout ».
A-t-elle subit une perte qui lui a fait conclure ensuite, que la solution pour ne pas perdre de nouveau, était la méfiance totale ?

Une fois « la perte » identifiée, soigner la personne en lui redonnant confiance en elle-même, en remettant chaque information à sa juste place, en lui faisant comprendre qu'elle n'est pas « Atlas soutenant le monde », qu'elle ne peut pas « tout contrôler » de sa vie ou de la vie des autres, il y a trop de paramètres en jeu, et le cerveau humain n'est pas apte à le faire, il en devient « fou ».

Il est difficile de réapprendre à trouver un équilibre, un juste milieu entre « avoir une confiance absolue » et « se méfier de tout ».
Mais le principal problème réside en premier lieu dans l'acception pour la personne paranoïaque (voyant des dangers pour sa personne de partout) de reconnaître qu'elle déforme une partie de la réalité.
Sans ce premier pas, le reste (paroles, explication, thérapie) est inutile.

Courage pour vos choix.