La peur du rejet,

peur d'exister.

 

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

13/08/2015

 

Myriam : bjr, ma question concerne le rejet. J'ai visionnée la vidéo sur le survisme et si j'ai bien compris, le cerveau rejette tout ce qui n 'assure pas la survie mais est attiré dans le cas contraire. Vous avez pris comme exemple la mauvaise odeur de la plante comme objet de répulsion. Mais si l'objet en question etait un etre vivant, un humain? j'ai peur du rejet des autres, toutes formes de jugement négatif: les critiques, le mépris, les moqueries,le déni, l'ignorance... je parle peu, je suis de trop, la troisième roue du carrosse, cela me fait très mal le fait d' etre dénigrée, je ne demande pas parce que j ai peur du refus, ça me fait mal quand l' autre critique ce que je porte, quand l' autre ne me parle pas, j' ai peur quand l' autre se met en colère, j 'ai peur des conflits, je suis très conciliante, je n'ose pas m' affirmer... bref j' ai peur du rejet et j' aimerais savoir quelles sont les causes de cette peur ? et est ce que j' ai encore de la valeur en étant rejetée? merci bien.

Bonjour,

« être ou ne pas être », exister ou ne pas arriver à exister... C'est une question normale.
Rassurez-vous.

« Répulsion. Mais si l'objet en question etait un etre vivant, un humain? »

En gros, vous vous demandez qu'est-ce qu'il se passe dans la tête des personnes qui peuvent vous rejeter ?

1 – Oui, il se peut que vous « représentiez un danger pour eux », mais... l'êtes vous réellement, dangereuse ? Probablement pas. En fait, ce n'est pas vous qui avez un problème, mais eux, en n'acceptent pas les différentes. Ce sont des personnes mentalement fragiles qui se cachent derrière de la violence et du rejet.

2 – L'harmonie passe par la compréhension. Vous devez comprendre leurs peurs (comprendre ne veut pas dire « approuver »). Ainsi, vous serez plus forte qu'eux. Libre à vous ensuite t'entamer une discussion sur les peurs, mais en général, l'ego humain n'aime pas bien avouer ses faiblesses...

3 – Ces peurs d'être rejeté(e) sont-elles réelles ? Votre cerveau a apparemment mis l'information « l'avis des autres » au sommet des valeurs dominantes. Il est tout fait normal de vouloir « de l'harmonie entre vous et les autres ». Mais pour que cette harmonie soit réelle, forte, il faut que vous existiez par vous-même en mettant de côté le paramètre « qu'en pensent les autres ». Il ne s'agit pas de s'aveugler et de faire uniquement ce que votre ego vous dicte, il s'agit de trouver un équilibre. Ecouter les autres, mais comme il n'y a que vous qui avez à vivre votre vie, c'est à vous de décider ce qui est important pour vous.

Alors... qu'est-ce qui est important pour vous ? Quelles sont les valeurs importantes, que vous avez envie de défendre ? (autre que « être aimé des autres ! :o) )

Il est temps de faire une liste sur un papier, pour visualiser ce qui est important pour vous.
Prenez votre temps.

Remémorez-vous les choses que vous avez faites et qui vous a apporté un sentiment d'harmonie, de bien être. (toujours autre que « ce qui a amené un sentiment d'amour de la part des autres »). Mais il faut également s'occuper du « pourquoi vous avez pris comme valeur dominante, la peur de vous exprimer. »

Vous avez peur, parce que ça menace votre survie.
Mais... pourquoi ? Quelqu'un est-il ou a-t-il été autoritaire dans votre enfance, au point de vous écraser et vous empêcher d'exister ?

  • Si vous ne parlez pas, c'est parce que vous avez peur de prendre le risque d'exister. Pour vous, exister = danger pour votre survie.

  • Si vous avez peur du conflit, c'est parce que le conflit vous semble un « danger ultime ». Pourquoi ? Dans la réalité, il y a « conflit » et « conflit ». Il y a des conflits entre deux enfants pour le même jouet, et il y a des conflits armés qui mènent à la guerre entre plusieurs pays. Vous voyez qu'il y a une différence n'est-ce pas ? Et bien c'est cela qu'il faut apprendre aussi dans votre vie. Il y a des « conflits » sans gravité, juste des points de vue différents, et il y a des choses plus graves lorsqu'on perd son travail ou autre.
    Mais il faut réapprendre « la relativité » car entre ces deux types de conflits, il y a toute une échelle complète du + au – grave.

Faites confiance à votre bon sens.
Si vous aviez une amie dans votre position, que lui conseilleriez-vous de faire ? En prenant du recul, on voit mieux les perspectives et on n'est pas noyé dans les peurs. (avez-vous vu la vidéo qui parle des sentiments ?).

  • Pour : les jugements négatifs : les critiques, le mépris, les moqueries, le déni, l'ignorance... c'est toujours un problème à ne pas mépriser. Mais.... imaginez qu'un groupe d'êtres débiles ne soient pas d'accord avec vous, avec votre comportement. Que vaut leur jugement ? Puisqu'ils sont débiles ?

Le monde est très très vaste et il y OBLIGATOIREMENT des gens qui ont les mêmes valeurs que vous, qui vous permettront d'avoir confiance en vous. Cela ne voudra pas dire qu'il faut « penser » comme ces autres personnes, mais au moins, vous comprendrez que votre avis a le droit d'exister. « ce n'est pas parce que le monde est con, que vous devez être con » :o)

Bref, pour récapituler, il vous faut comprendre que si vous êtes dans une situation de peur d'exister, c'est parce que votre « formatage », votre « éducation » vous a fait croire qu'exister est un danger. C'est une erreur à corriger.
Trouvez ces raisons ou cette raison, et mettez là dans une toute petite boîte. Elle ne vaut pas une plus grande place. :o)

Ensuite, osez penser à ce que vous aimez, ce que vous trouvez intéressant, oser voir le monde (mais pas celui des informations à la télé), le vrai monde, celui de toutes les activités humaines, artistiques ou non.
Identifiez vos valeurs dominantes (celles que vous trouvez utiles de défendre), et défendez les. Ça ne va pas se faire en 5 minutes, mais vous pouvez déjà vous dégager du stress qui vous empêche de penser, ces peurs qui vous écrasent n'ont pas lieu d'être. Elles sont artificielles. Elles ont été construites sur de mauvais repères (l'autorité qui vous a empêché d'exister).

Courage.

Si vous avez des questions précises, n'hésitez pas.