Psy + nutritionniste = ?

 

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

04/09/2016

 

Christine : Bonsoir,
Ma fille âgée de 25 ans souffre de TCA depuis plus d'un an. Elle est suivie par un psychologue et une nutritionniste. Jusqu'à ce jour, elle n'a toujours pas retrouvé son cycle ( cela fait 7 mois ) Elle présente encore de nombreux troubles digestifs avec des nausées malgré ses efforts au quotidien. (son poids est de 53 kg contre 46 kg au plus bas ) : elle veut s'en sortir mais n'y arrive pas. Et par moment, elle devient violente avec elle même, je l'ai vue se taper le ventre, aussi elle est agressive avec nous. Elle n'en peut plus de ce calvaire. Je me sens démunie malgré tout le soutien qu'on lui apporte. Comment faire pour qu'elle s'en sorte de cette spirale ?
C.D.

 

Bonjour,
Je ne voudrais pas amener de la confusion si votre fille est déjà suivie par un psychologue et une nutritionniste. Ceci étant dit, si vous pensez que les réponses apportées par ces personnes, n'arrivent pas à résoudre le problème de votre fille...

Se « taper sur le ventre » n'est qu'une façon (comme d'autres) de se faire du mal.

Pourquoi se faire du mal ?
Parce que quelque part, elle pense (consciemment ou inconsciemment) qu'elle n'est pas quelqu'un « de bien ». Soit elle a l'impression d'avoir loupé une chose importante, soit elle se sent coupable d'un événement, etc.

Et, comme expliqué dans les vidéos présentes ici, (texte ici) ce sentiment de culpabilité entraine « la punition ». Si votre fille se sent « coupable » (c'est toujours à tord, mais encore faut-il qu'elle en prenne conscience), elle continuera à trouver un « moyen » de se punir.

Est-ce que vous avez vu la vidéo qui explique cela ?
Qu'en pensez-vous ?
Est-ce que vous lui avez montré cette vidéo ?
Qu'est-ce qu'elle en pense ?

Pour la « violence envers vous », même si c'est très pénible à supporter, il faut savoir que c'est dans cette même logique de « punition ». Elle se débat dans « savoir quoi faire, comprendre comment agir efficacement, ne pas dire ce qui réellement la perturbe, les mensonges qui à la fois l'aident à créer de l'harmonie, à la fois qui lui servent à légitimer qu'elle « est une personne pas bien », etc. Bref. Cette violence, vous devez « passez par dessus », ne pas y répondre en ajoutant de la violence, mais ne pas non plus faire comme si elle n'existait pas car cela pourrait lui faire croire que « vous ne tenez pas à elle » et cela alimenterait encore l'idée que « on ne tient pas à moi parce que je suis effectivement une personne qui n'est pas « bien » ».

Bref : la violence envers les autres ou elle-même n'est pas « le fond du problème ».
Toute la question est « qu'est-ce qui a pu générer chez elle ce sentiment de culpabilité », et une fois cette « information » identifiée, la remettre à sa juste valeur, à sa juste place.
Si vous avez une question plus précise, n'hésitez pas.

Courage.