Rire... Abominable ?

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

05/10/2011

kxbtn : Depuis quelques mois dès que l'on me parle de quelque chose de grave je n'arrive pas à m’empêcher de rire, au mieux j'arrive à le contenir, parfois j'esquive juste un sourire, parfois j’éclate de rire. les sujets peuvent se référer au présent (perte d'un enfant, situation de santé dégradé d'une personne etc...) ou au passé (narration d'une situation ou la personne était battue) elle engendre chez moi la même réaction : le rire.

le rire étant un équilibre entre « menace » et « finalement pas de menace », lorsque comme vous on arrive à rire avec des éléments « très graves », il faut qu’en face, le « finalement pas de menace » soit important également.
Ce qui veut dire que vous avez l’impression d’être « intouchable ».
Pourquoi cette impression ?
Différents éléments peuvent intervenir pour vous donner cette impression d’être intouchable.
(ce qui suit ne sont que des pistes possibles, je vous communique cela en tant que logicien et non en tant que moralisateur ou autre).

Êtes-vous tellement habitué à la souffrance que vous êtes devenu insensible ?

Votre souffrance personnelle vous paraît plus forte que celle des autres, et ces dernières vous paraissent dérisoires ?

Utilisez-vous certaines drogues qui décuplent l’impression d’invulnérabilité ?
(Extasie, Cokaïne (je ne suis pas un spécialiste dans ces substances mais je crois que ce sont celles-ci qui donne une impression d’invulnérabilité aux consommateurs)).

Votre philosophie de vie vous donne-t-elle l’impression que « les autres sont misérables de souffrir alors qu’en ayant votre philosophie de vie (ou votre religion) et bien ils ne souffriraient pas ainsi ? »

… autre ?

J'ai l'impression qu'au fil des mois c'est de pire en pire, car je me mets une pression supplémentaire en me disant : merde c un truc grave il faut pas que je ris...

Ça, c’est le syndrome « fou rire à la télévision » : les présentateurs savent qu’ils ne doivent pas rire, alors la simple idée que le rire est dans l’air, peut rendre dérisoire le sérieux qu’il faut avoir dans leur métier pour annoncer de graves nouvelles.

(Ils pensent plus à la peur de rire qu’au sujet sérieux traité, ce qui fait que « la menace » de rire est partout, et parallèlement cette menace n’est pas importante car ce n’est que du « rire »
=> c’est le principe d’auto-alimentation des fou-rires).

Il y a des personnes qui rient pour un rien (en général ce sont des personnes qui se sentent assez vulnérables, qui n’ont pas confiance en leurs propres ressources, tout en restant optimistes).

Il y a comme vous des personnes qui rient lorsque les autres ne rient pas, tout simplement parce que leurs peurs ne sont pas les mêmes que les autres (il leur en faut plus pour avoir vraiment peur).

Si vous voulez éviter ces moments de "rire mal à l'aise", essayez de vous rendre moins
"intouchable" :o)

 

Si quelque chose ne vous paraît pas clair, n'hésitez pas.

 

anciennes questions