Tolérer les différences
par amour, jusqu'où ?

 

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

13/09/2016

 

Pascal : est ce que ne pas accepter la difference de valeur de l'autre dans le couple est un manque de tolérance?... Mais peut-on tout tolérer dans la difference de lautre, par amour ?

Qu'est-ce que l'amour ?

Un sentiment de survie assurée au maximum.

Qu'est-ce que l'harmonie ?

C'est comprendre les chaines de causes et d'effets qui vous entourent (et généralement accepter (ce qui génère un sentiment de bien être, de survie assurée) l'enchainement de ces causes et ces effets qui vous entourent)

Pour revenir à vos questions :

Ne pas accepter la différence, est-ce un manque de tolérance ?

La tolérance, c'est accepter que les choses n'aillent pas exactement comme vous le voulez. Donc logiquement, ne pas accepter une différence, c'est une des définitions de « manque de tolérance ». Mais tout la subtilité est dans le « pas EXACTEMENT comme vous le voulez ».
Où se situe le point de « rupture » entre le :
« pas exactement »
et
« pas du tout comme... » ?

Ensuite, pour votre question de « la différence », il faut comprendre que l'amour est un sentiment d'harmonie poussé au maximum, donc l'amour peut passer par « aimer en l'autre ce que l'on est soi » sorte de miroir, mais un miroir un peu fragile car d'une part, c'est lassant, on tourne en rond à force de se « regarder » identique, ensuite, dès qu'il y a « une petite différence » on peut prendre ça comme « une catastrophe », un « défaut abominable », une « trahison » et donc, ne plus avoir le sentiment d'harmonie.

Mais le sentiment d'harmonie peut également très bien passer par « aimer les différences ». Et on peut aimer les différences quand on les comprend. D'où l'intérêt de communiquer librement, pleinement, tranquillement, avec l'autre, afin de déterminer quel paramètre il prend en compte pour tel raisonnement.

Mais « comprendre » n'est pas non plus forcément « accepter ». Surtout pour une vie à deux, au quotidien où les moments de tentions existent parce qu'on peut être fatigué par la vie de travail, ou autres événements.

Tout est donc question de « valeurs dominantes » :

  • si vos valeurs dominantes sont identiques, alors vous pourrez sans peine comprendre et vivre avec les différences, au contraire c'est très bien pour ne pas tourner en rond,

  • si vos valeurs dominantes ne sont pas identiques et que vous ne vous accordez que sur des choses « annexes », il y a des chances pour que la tolérance dont vous fassiez preuve, ne suffise pas.

Le cerveau humain cherche l'harmonie, parce que généralement cela sert sa survie, mais entre « savoir arrondir les angles » et « forcer les choses pour que ça rentre dans les cases », c'est à chacun de définir où il met la limite et à les assumer.

 

Si vous avez une question suite à ces écrits...