La transmission de "valises" :

 

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

11/11/2010

nordevan : Bonjour, et bravo pour la qualité de votre site.
J'ai plus de 60 ans et, dans ma vie professionnelle, je me suis occupé des problèmes de l'enfance.
Toutes classes sociales confondues, il semblerait que certains enfants viennent au monde déjà "chargés de valises", qu'ils portent, à la naissance, un "lourd héritage" et que toute leur vie, ils devront gérer ces "informations innées", pas forcément traumatiques (loin de nous la notion d'engrammes!!!).
Mais ce ne sont là que des impressions d' "hommes de terrain" et il semblerait que rien de tout ça ne soit démontré.
Cependant, n'y aurait-il pas une transmission (intergénérationnelle) autre que biologique ?
Merci pour vos lumières.
Cordialement,
Michel

Bonjour,
Je ne suis pas sûr d'apporter de la lumière ou des lumières, (merci tout de même pour vos appréciations) voici mon point de vue.

La transmission (intergénérationnelle) d'informations autre que sur support biologique existe par les comportements (mais c'est " après la naissance ", donc, est-ce que cela répond à votre question ?).
Exemple de transmission : si une personne ne se lave jamais les mains avant de passer à table, son enfant (si cet enfant n'a qu'un seule exemple à suivre, celui de ce parent) n'aura pas non plus le réflexe de se laver les mains avant de manger.
Si un parent a la phobie des araignées et que l'enfant est perméable aux peurs de son parent, cette phobie peut se transmettre.
Ces transmissions peuvent se faire sur de longues périodes (grand parent, parent, enfant, etc) C'est du domaine de la Psycho-généalogie. (mais attention de ne pas tout mettre sur le dos de la psychogénéalogie ; la " création de souvenir", ça existe ! )

Mais dans ces " transmissions " il n'y a aucune " loi absolue ", ce sont des tendances, des probabilités.
A noter que si le problème est fort chez le parent et si la communication inter-humaine de l'enfant se limite à ce parent (autrement dit : si l'enfant n'a qu'une seule source d'informations ou s'il a comme valeur dominante : l'avis du parent), la transmission entre génération des " valises " (comme vous dites) sera très facile.
Et si l'enfant est sous une forme ou une autre, isolé pendant longtemps des avis différents de celui du parent (par exemple, si jusqu'à ses 10 ans il reste collé à ce parent), il aura les valeurs du parent profondément ancrées dans sa tête (à force de répétition).

il semblerait que certains enfants viennent au monde déjà "chargés de valises", qu'ils portent, à la naissance, un "lourd héritage" et que toute leur vie, ils devront gérer ces "informations innées", pas forcément traumatiques

Comme vous le dites plus loin, rien n'est démontré clairement (il faudrait pour cela faire des " expériences in vivo " avec des enfants enfermés dans des boîtes afin de contrôler toutes les informations qui leurs parviennent, mais de telles expériences évidemment ne seraient pas éthiquement acceptables).

Je me suis souvent interrogé sur les apports des parent et plus particulièrement des apports de la mère lorsqu'elle est enceinte. Car l'enfant entend, " goûte " les aliments que sa mère ingère, enregistre des informations lorsqu'il est en cours de conception. J'ai remarqué (mais ce n'est pas une statistique scientifiquement acceptable) que lorsque la femme étaient anxieuse pendant la grossesse, l'enfant né était plus nerveux, plus sensible que lorsque cette même femme n'avait plus les mêmes anxiétés (l'habitude d'être enceinte, environnement plus " tranquille ", etc.) …

Après la naissance, l'enfant construit plus ou moins consciemment sa philosophie de vie, établit ses propres valeurs prioritaires. Lorsqu'il est hypersensible, il doit apprendre à relativiser l'intensité des informations qu'il reçoit, et lorsqu'il est trop " amorphe " il doit apprendre à se concentrer sur les messages que le monde extérieur lui envoie.

" L'information innée ", je ne sais pas si elle existe vraiment. Trop souvent les analystes oublient qu'à un moment il y a eu " apprentissage " (même d'infimes informations captées par l'enfant peuvent être source de comportement spécifique).
Mais si vous avez des exemples précis qui vous font penser à des "informations innées", n'hésitez pas à me les soumettre, j'aimerai réfléchir sur des cas concrets que vous avez pu observer.

Bien à vous.
Ph.