Les psychanalystes et l'argent.

 

PAGE
D'ACCUEIL DES
COMPARATIFS

Retour
pages spéciales
- Théories de Freud -

 

Payer son psychanalyste fait partie "selon le point de vue des psychanalystes" du processus thérapeutique (fait partie de la guérison).

Est-ce réel ? Quelles sont les limites de ce raisonnement ?

Mettre la pression sur le patient :
le patient ne vient pas pour "taper la conversation".

Si ça lui coûte cher, il fait attention de ne pas discuter de choses sans importance et va directement aux choses qui le préoccupent. Cela part d'une très bonne optique : soigner le patient.

Sauf que, lorsque le blocage est présent dans la tête du patient, le silence du psychanalyste ne l'aide pas. Et si ce dernier donne des pistes en posant des questions (ce que font les (rares) meilleurs psychanalystes / ceux qui ne suivent pas à la lettre les préceptes Freudiens imposant le silence du praticien), ce n'est donc pas "avec l'argent" que l'avancée se fait, mais bien avec le savoir et l'expérience du praticien.
Résultat ? si le blocage est là et toujours là, payer pour rien ne fera que décourager le patient et le dégoûter d'essayer de se comprendre (lui faire croire que "se comprendre ne sert à rien ou est impossible"). Ce qui est une grave erreur.

Sauf que, la méthode lente des psychanalystes ne répond pas aux impératifs économiques actuels : si on n'a pas d'argent, on ne peut pas avoir leur aide.
Résultat ? Le patient sera tenté par " une solution toute faite " vendue par des escrocs qui ne prendront pas le temps d'expliquer correctement le cheminement de l'information dans le cerveau.

Sauf que,
lorsqu'on a les moyens financiers, payer n'est pas du tout une pression !
Résultat ? Les séances chez le psy se transforment en "je raconte ma vie dans les moindres futilités" et se cultivent alors ce que le psychanalyste appelle des névroses (Névrose (dans le sens commun) étant un mot savant pour dire "souci de la vie autour duquel je tourne en rond") Conclusion, certains patients ressortent plus "mal" qu'avant de consulter.

A quand un praticien en psychologie qui demandera un "forfait pour soigner ?" Car un praticien qui utilise une méthode d'analyse efficace, ne va pas perdre son temps ni celui du malade, et ce forfait mettra autant la pression sur le praticien que sur le malade !

Ph.
le 06.10.2006.